Qui suis je?

Share

Marie-Lorette-Jenny_Foret-Fontainebleau-portrait à l'écoute de l'arbreNée d’une mère musicienne et enseignante, j’ai reçu le nom de Marie Lorette Jenny. Dans les années 40, mon père, Georges Jenny, a inventé l’Ondioline, précurseur de l’actuel synthétiseur. A son contact, je comprends alors que je peux moi même fabriquer ce dont j’ai besoin pour créer une œuvre.

Héritière de son esprit d’inventeur, j’ai longtemps utilisé la résine dans mes créations en y incorporant des éléments de la nature.

 

De la matière synthétique aux matériaux de la Nature

tableau lapines Suite au naufrage du pétrolier « Le Prestige » en 2002 et son impact écologique, je ressens la nécessité de ne plus utiliser la matière synthétique issue du pétrole.

En quête de sens, je m’inscris à l’Université de Paris 8, où j’écris l’histoire d’une femme à la recherche de ses origines. De là, naît mon projet de voyager autour du monde et du 47ème parallèle pour réaliser des œuvres sonores avec des matériaux de la Nature rencontrés sur mon chemin.

 

Créer au sein même de la Nature à 47 ans sur le 47ème parallèle.

Quebec_bois-flotté_le-GuerissonA partir d’une branche de bois flotté ressemblant à une lyre, provenant des rives du fleuve Saint Laurent au Québec, je réalise une sculpture sonore.

Je nomme cette sculpture « Le Guerisson », sous l’effet apaisant et ressourçant de ses premiers sons, ayant pour table d’harmonie le fleuve gelé. Dès lors, créer dans la Nature en improvisant devient pour moi une source de bien être que j’ai envie de partager.

 

De fil en aiguille…

Harpe en pleine natureDe retour en France, je mène en parallèle formations, création et médiation artistique. Aventurière de la matière et conteuse de sons, je me suis rapprochée des enfants en proposant un Musiconte atelier: « Echos de Nature dans la ville »

La géobiologie alliée  à l’énergétique corporelle me donnent envie de mettre en relation mes paysages intérieurs, les sons du Guerisson et ma voix, avec les paysages géographiques sonores de la terre.

 

… à la réalisation du voyage.

Partie seule avec le Guerisson,  je voyage de la Mongolie à l’Amérique du nord, en empruntant la voie terrestre et maritime, à la rencontre des peuples et des sons de la terre.

De même que les ruisseaux, rivières et fleuves nourrissent les océans, le projet du Guerisson voyageur, trouve écho naturellement dans la cité, notamment dans les écoles, mais aussi dans les lieux de soins et les lieux clos ainsi que dans la nature urbaine.